• ...autrement dit "dictées points de couleurs".
    J'ai pêché l'idée (on peut dire piqué l'idée, je n'y ai rien changé, j'ai gardé les documents proposés) chez Fofy pour les mots invariables et chez Bruce Demaugé (voir rubrique "tables" de son site) pour les tables de multiplications.Dictées Farbpunkte

    L'idée, c'est que chaque élève va à son rythme, en demandant à ce qu'on lui dicte les mots, ou à ce qu'on l'interroge sur les tables, quand il est prêt. Une bonne manière de gérer l'hétérogénéité dans les classes, face à l'orthographe et à l'apprentissage des tables : il en est qui savent déjà, et n'ont pas envie d'y revenir toute l'année, d'autres qui apprennent vite et qui sont presque au point, et d'autres à qui il faudra plus de temps et de répétition.

    Autre aspect qui m'intéresse : la personne qui interroge peut être un camarade de classe, un parent, ou la maitresse. C'est donc un travail qui peut se faire à l'école quand on a fini un travail, ou à la maison, et ça ira très bien avec le principe de mon cahier d'apprentissages (ouille, j'ai toujours pas fait le billet là-dessus).

    Enfin, il suffit de jeter un coup d'oeil sur la fiche pour voir là où ça coince, là où c'est bon...bref, une évaluation continue et rapide à interpréter. Que du bon, quoi !

    Dictées FarbpunktePour les tables de multiplications (et d'addition d'ailleurs), c'est Bruce Demaugé qui a fait le travail. Une fiche que mes élèves auront donc dans leur classeur (tout pour bien travailler), et qu'ils pourront compléter à tout moment, quand ils se sentiront prêts.. Les tables, ils en ingurgitent depuis des années donc, ça devrait être assez rapide... Je leur demanderai par contre de colorier sur la fiche ce qu'ils pensent savoir : inutile que celui qui interroge aille piocher partout si tout n'est pas su.
    En plus, pour celui qui interroge, pas de risque de se tromper : les réponses sont dessus. La fiche sert donc aussi à réviser les-dites tables, avant de demander à être évalué.
    A prévoir, par contre, l'explication de la notion d' "hésitation", avant de commencer : celui qui sait va répondre sans hésiter (et il aura un point vert), celui qui ne sait pas encore va calculer dans sa tête, ou réciter une parie, bref, il va hésiter (et il aura un point orange)...

    Pour les mots invariables de Fofy, pas de point orange : on sait ou on ne sait pas écrire le mot. Là aussi, c'est l'élève qui décide quand il est prêt et qui demande à se faire dicter les mots. Idem, je demanderai qu'ils colorient les mots qu'ils pensent savoir écrire, et d'attendre d'en avoir au moins 20 de coloriés avant de demander à être interrogés.
    Par contre, je ne commencerai pas en début d'année : je vais d'abord travailler sur les mots invariables grâces aux étiquettes et aux phrases exemple pendant le premier trimestre. En janvier, je donnerai les fiches pour les dictées Farbpunkte (celles de multiplications devraient être bouclées...j'espère !

    Voilà voilà, y'a plus qu'à !

    Pin It

    8 commentaires
  • Mots invariablesSur une idée de Fabi30, dans un commentaire chez Charivari, je m'en vais tester une autre façon de faire retenir les mots invariables, en faisant entrer l'affectif, la personnalisation, bref, pour que les élèves s'impliquent plus.
    Parce que le soucis, quand on leur donne des listes de mots à apprendre, c'est que c'est pas toujours super efficace...
    Alors je vais tenter la chose autrement.

    En début d’année, ou de période (je vais le faire en 3 fois je pense), je vais attribuer 2 ou 3 mots invariables à chaque élève. Je me garderai la liste de "qui a quoi", pour pouvoir vérifier.

    Sur le temps d’écrit-tôt, chaque élève rédigera une phrase contenant le mot invariable attribué (une par mot). Je garderai copie de ces phrases pour pouvoir vérifier.

    Je leur donnerai des feuilles colorées et il feront une étiquette par mot en écrivant au marqueur noir (uniquement les 2 ou 3 mots invariables).

    Puis, 2 fois par semaine, un élève présentera ses 2 ou 3 étiquettes de mots invariables et dira la phrase associée au mot. Je vérifierai grâce à mes copies.

    Nous collerons les étiquettes au mur, sur lequel s’ajouteront les étiquettes au fur et à mesure. Mots invariables
    Pendant les deux autres jours de la semaine, quand il n’y a pas de présentation , nous jouerons à rechercher les phrases associées aux mots affichés et à dire qui en est l’auteur. Ce pourra être sur le temps d’Etude de la Langue ou dans des « creux » de la journée.

    Quand nous aurons vu tous les mots de la période, je ferai la dictée pour vérifier la mémorisation.

    édit : je viens de découvrir les fiches pour apprendre les mots invariables chez Fofy ! Chouette idée, que je m'en vais utiliser en complément de ce système d'étiquettes...mais je vais faire un billet là-dessus !

    Je pense me servir des listes de mots que j'ai regroupés par échelons, pour faire ce travail. Les premiers mots sont assez simples, je pourrai en donner 4...

    Comme pour le reste, je reviens vous dire quand j'aurai testé !

    Pin It

    3 commentaires
  • Cahiers des écrivainsEncore une idée piquée chez Charivari (oui, je sais, je suis une pilleuse... ) que j'ai trouvée excellente.
    Je n'ai pas encore mis en place de fichiers de travail individuel, mais en voilà un qui me plait bien : c'est la possibilité, pour ceux qui ont fini et qui le souhaitent, d'écrire un texte sur un sujet imposé, dans un cahier collectif ou chacun va pouvoir écrire.
    J'aime l'idée qu'en plus de l'écriture quotidienne (l'écrit-tôt), les élèves participent à une écriture sur un support collectif.

    Donc j'ai préparé 4 cahiers dans lesquels, sur la page de garde, j'ai collé un sujet (que j'ai très largement copié sur les exemples de Charivari). J'avais pensé à faire des livrets de pages attachées ensemble, mais je préfère le cahier "tout fait". On verra comment ça marche, j'en mettrai d'autres en circulation et puis, quand un sujet sera épuisé (que tous les volontaires auront écrit) on en collera un autre à la suite.

    Télécharger « Cahier des écrivains.doc »

    Télécharger « Cahier des écrivains.pdf »

    Je corrigerai discrètement, en bleu ou noir, histoire de ne pas laisser trainer trop de fautes, mais le but, c'est encore une fois qu'ils écrivent.

     Cahiers des écrivains


    J'ai retrouvé de vieilles couvertures de l'Education Enfantine pour couvrir mes cahiers (c'est beau hein ? comme quoi, ça sert de tout garder ! ).
    Evidemment, par la suite, ces cahiers pourront être lus et relus...

    Pin It

    votre commentaire
  • (Allez, j'avais envie de m'amuser, j'ai cherché un peu et j'ai trouvé ça... pas mal non ?L'écrit-tôt
    Du coup je pourrai faire travailler un peu les jeux de mots aux élèves...)

     

    L'écrit-tôtBon, après moultes (ça s'accorde ça ?) recherches sur mes blogs préférés, je me lance, à la manière de Mallory, qui a elle-même pêché l'idée chez zazou, et dans la veine aussi de l'Univers de ma classe. Je me lance dans quoi ? Ben, dans l'écrit-tôt, ou jogging d'écriture, ou écriture quotidienne. Bref, un rituel qui va m'occuper 15 minutes chaque matin.
    Si ! Si ! M'occuper moi aussi parce que je compte bien faire mon cahier d'écrivain moi aussi (parait que ça aide à motiver les élèves... et puis, j'aime écrire ! )

    Donc, chaque matin, le plus vite possible après l'entrée en classe, je vais demander à mes élèves d'écrire.
    Ecrire quoi ? ce qu'ils veulent : l'idée, c'est de dédramatiser l'acte d'écrire, de gagner en aisance, et de développer son imagination si on peut. C'est quelque chose qui manque à mes élèves (enfin, ceux de l'an dernier, c'était flagrant : très bons pour "appliquer" les leçons, mais quand il s'agissait d'imaginer, de créer, c'était galère).

    Je vais quand même me faire une petite affiche dans le genre de celle qu'a fait lala pour les "très à secs" qui ne savent pas quoi écrire... Mais j'espère bien que je n'en aurai pas besoin.

    L'écrit-tôtA priori, j'opte plutôt pour l'écriture libre, ce qui ne m'empêchera pas, de temps à autre, de leur proposer un sujet imposé, ou des contraintes comme je le faisais dans "la phrase du jour" cette année (une phrase à écrire dans le cahier du jour avec des contraintes en nombre de mots, temps utilisé ou mot à inclure par exemple).

    Autre point important : pas de correction systématique. C'est de l'expression écrite, pas de la dictée.
    MAIS ... parce qu'il y a un "mais"... j'ai un peu de mal avec les textes pas corrigés dans les cahiers. S'il se peut tout à fait que j'oublie des fautes, je préfère quand il y en a le moins possible, déjà pour que les élèves ne les intègrent pas en se relisant (ou en lisant les cahiers des autres) mais aussi pour que les parents ne bondissent pas en regardant les travaux de leurs enfants. Du coup, ne pas corriger, ça me gène un peu... Alors...
    ...J'ai songé à une solution : une marque qui dirait "ce texte n'est pas corrigé" et une autre qui dirait "ce texte est corrigé". Du coup, on sait à quoi s'attendre.

    Ces textes libres seront rédigés dans le cahier d'écrivain (dans lequel on trouvera aussi des mini-leçons pour améliorer l'expression écrite, ainsi que d'autres textes, réalisés à la suite des-dites leçons, travaillés au brouillon et recopiés au propre dans le cahier... je développerai )L'écrit-tôt
    Du coup, je vais demander aux élèves de tracer dans la marge, sur la longueur du texte, un trait noir. Les textes ainsi bordés seront identifiés comme "texte non corrigés".
    Ensuite, si on les corrige, on tracera un deuxième trait de couleur (au choix, ça changera) à la gauche du premier, ce qui identifiera donc le texte comme "texte corrigé".
    Qui corrigera ? La maîtresse ou les parents, selon le temps, l'envie, comme ça se présentera. Je pense ramasser chaque semaine 3 ou 4 cahiers d'écrivain et voir un petit peu ce qui s'y fait, corriger ce qui ne l'est pas, vérifier la copie des textes à mettre au propre.
    Bref, avec ce système, je laisse la place à l'écriture libre tout en prévoyant quand même une correction, à un moment ou à un autre (pas en rouge, hein ? en bleu ou noir à la limite).

    Autre chose : je ferai inscrire la date dans la marge, et les élèves pourront rajouter un titre par la suite.J'aimerais vraiment que ce cahier d'écrivain soit joli à regarder, qu'on ait envie d'y venir et d'y revenir. J'aimerais qu'ils puissent voir aussi l'évolution de leurs écrits, se dire "waow, j'écrivais peu en début d'année" et mesurer leurs progrès.

    A ce sujet, chez Mallory et Zazou on propose d'évaluer sous forme de graphique la "taille" des textes en fonction du nombre de mots. Je n'étais pas sûre de vouloir "compter les mots" tout de suite mais sur les conseils de Clocloabarr (voir commentaires), je vais débuter ça aussi.

    Télécharger « Graphique de suivi de l.pdf »

    Enfin, possibilité sera donnée aux élèves volontaires de venir lire leurs écrits, sur base du volontariat. Je pense leur proposer de le faire juste après l'écriture, mais aussi de profiter de temps qui me reste (quoi ? comment ça, y'en a jamais ?) pour faire passer les autres élèves volontaires qui n'en auraient pas eu le temps.
    Donc, en résumé, sur les 15 minutes : 5/7 minutes pour écrire, 3/4 minutes pour se relire et compter ses mots (nombre de mots au crayon dans la marge, à reporter sur la fiche graphique plus tard) et 5 minutes pour lire son texte si on le souhaite.

     

    L'écrit-tôt

     

    J'ai lu aussi, dans les commentaires des articles cités ci-dessus, une pratique consistant à proposer aux élèves d'écrire sur un support différent comme un des constituants des lapbooks. Je trouve ça sympa, c'est aussi une forme de contrainte d'écriture en même temps qu'une mise en valeur... à creuser.

    Voilà où j'en suis, mais j'ai hâte de commencer et de voir ce que ça donne !

    14/06/2014 : Bilan de fin d'année : très contente de ce cahier d'écrivain. Les élèves ont pris cet automatisme d'écrire dès le matin, et ils aiment raconter ce qu'ils ont fait ou ce qu'ils vont faire.
    Très contente aussi de ce système de trait noir (pas corrigé) + couleur (quand c'est corrigé) dans la marge. Ca me convient et au moins, on sait où en est le texte.
    J'ai eu un peu de mal à me tenir à mes deux cahiers par jour à corriger... il faudra que je sois plus rigoureuse. Sinon, on prend du retard et après, c'est très long.
    L'alternance des textes libres du matin et d'autres textes est sympa aussi, le cahier est chouette à regarder.
    Déçue enfin par le manque d'envie de lire de mes élèves... 3/4 ont eu envie de partager tout au long de l'année, les autres ne voulaient pas lire leur texte... Trouver une "carotte" peut-être...

     

     

    Pin It

    19 commentaires
  • SommairesSi l'on veut que les élèves reviennent sur les leçons passées (et pas juste sur celle qu'ils ont vue la semaine précédente) il faut qu'ils s'y retrouvent.
    Je pense faire coller ou insérer dans le classeur des pages de sommaire. On y écrira au fur et à mesure les titres des différentes leçons, avec un n° de page pour s'y retrouver mieux.


    J'ai pas encore fait mes programmations (rhooo-la-la, mais elle traîne !^^) donc j'ai mis un nombre de ligne au pif mais ça devrait suffire...sinon, j'ai prévu une page supplémentaire... Je dirai à mes élèves de laisser une page, au cas où...
    J'ai donc préparé les sommaires pour mes 6 rubriques du classeur (histoire, géographie, sciences, instruction civique, lecture et divers), mais aussi pour le cahier mémoire (une partie de leçons de français, l'utre de leçons de maths), le classeur souple de méthodologie et autres indispensables pour bosser (faut que je détaille ça, tiens !) que j'ai appelé "tout pour bien travailler", et aussi pour les cahiers d'allemand, d'évaluations, d'arts (je l'ai appelé "promenades des arts", puisqu'il y aura chants, poèmes et histoire des arts).

    Télécharger « PAGES DE SOMMAIRE.doc »

    Télécharger « PAGES DE SOMMAIRE.pdf »

    Rien de bien folichon, et je vais tester pour voir si ça sert réellement à quelque chose pendant l'année qui vient. Mais ma formation de documentaliste joue sans doute dans le fait que j'aime bien que ça soit rangé, ordonné...Sommaires

    Ah, une précision encore : pour le français et les maths, je n'ai pas encore prévu combien de leçons de grammaire, combien de vocabulaire, combien de leçons de mesure ou de numération. Du coup, je vais choisir un code couleur (sans doute le même que dans leur livre, mais là, je l'ai pas sous la main donc...) et leur faire colorier les lignes de titre de leçon dans la couleur de la catégorie (grammaire, orthographe, conjugaison, vocabulaire.... numération, mesure, organisation des données, géométrie). Ca devrait aider aussi à s'y retrouver plus vite. La même couleur se retrouvera sur le coin extérieur, en haut, où je ferai noter le n° de la leçon...
    Bon, dans ma tête au moins, c'est à peu près clair...
    Je mettrai des photos de ce que ça donne quand on aura commencé !

    Pin It

    10 commentaires